Eva Joly : Politique énergétique

Les projections actuelles montrent que croissance économique et démographique entraîneront mécaniquement un doublement de la demande énergétique mondiale d’ici 2050 (pour atteindre 28 TW de puissance, contre les 14 TW mondiaux aujourd’hui). Par ailleurs, ce doublement de la production énergétique devra s’accompagner d’une diminution des rejets de dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre, afin de ne pas déclencher une crise climatique et environnementale, dans un contexte mondial de raréfaction probable du pétrole et de méfiance vis-à-vis du nucléaire (en Europe notamment).

D’un point de vue purement quantitatif, certaines énergies renouvelables comme le solaire ou l’éolien représentent chacune moins de 1% de la production énergétique française contre environ 30 % pour le nucléaire et 50 % pour les combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon). (source : Ministère de l’Ecologie, du développement durable, des transports et du logement)

>> Faut-il modifier ce mix énergétique et quelles politiques lancerez-vous pour cela ?

Tout comme le réchauffement de la planète, la rareté à venir, la décroissance proche et rapide de la ressource en énergies fossiles ont été annoncées depuis longtemps par les écologistes. Parfois sous les moqueries. Mais tout cela est désormais avéré. La prise de conscience étant acquise, il est temps de passer à l’étape de transition vers un autre modèle énergétique. Il sera fondé sur quatre piliers : la sobriété, l’efficacité, le développement des énergies renouvelables, la lutte contre la précarité énergétique.

Il faut cesser de raisonner à partir d’hypothèses erronées : non, le doublement de la demande primaire d’ici 2050 n’est pas inéluctable, et aucune solution crédible ne pourra être proposée et mise en oeuvre si l’on se contente de raisonner sur la production. Un accès à l’énergie devra être garanti aux pays pauvres, les pays développés devant d’ores et déjà s’engager dans une réduction conséquente de leur consommation. Nous savons que les marges de manœuvre et termes d’efficacité énergétique sont considérables : il est impératif de les mobiliser, tant pour protéger l’environnement que pour partager équitablement les ressources.

Laissez-moi illustrer la démarche concrètement : aujourd’hui en France, plus d’un tiers des foyers sont chauffés à l’électricité. Le chauffage électrique étant l’une des principales causes de la « pointe électrique », laquelle est satisfaite par le recours massif aux énergies fossiles. Ainsi, pour produire 1 kWh de chauffage avec un convecteur électrique, il aura fallu dépenser 4 kWh de gaz : 3 kWh pour transformer du gaz en électricité (rendement de la centrale de 33%) plus environ 1 kWh de pertes (transports, convecteur…). Au lieu d’utiliser le chauffage électrique, il serait préférable de chauffer directement avec du gaz : pour le même kWh de chauffage, vous n’aurez dépensé que 1,1 kWh de gaz. Et tout ceci, à technologie existante et sans toucher au besoin de chauffage.

Pour ce qui est de la France, Le mix énergétique doit radicalement évoluer. Nous devons tout d’abord engager un grand plan d’efficacité énergétique qui touchera l’ensemble des secteurs de l’économie (bâtiments, industrie, transports principalement). Les gisements sont connus par de multiples études, et leur rentabilité l’est également. Il faudra cependant créer une dynamique permettant leur mobilisation. Pour ce qui est de la production, les énergies renouvelables peuvent assurer jusqu’à 40 % de la production d’électricité totale dès 2020 (un niveau comparable à celui proposé par les professionnels regroupés au sein du SER). Nous proposons un accroissement très limité et transitoire du recours au gaz naturel (avec un recours systématique à la cogénération). Ainsi, la sortie progressive et programmée du nucléaire en 20 ans peut être assurée, avec un impact sur les émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique très faible (l’augmentation du gaz étant largement compensée par l’arrêt des centrales à charbon et fioul encore existantes). A partir de 2020, les émissions de GES décroissent rapidement. En outre, les importations d’électricité en période de pointe (qui ont une forte intensité carbone bien que les émissions ne soient pas comptées sur le territoire national) seront rapidement diminuées grâce aux économies d’énergie et à la sortie du chauffage électrique. Enfin, pour la production de chaleur, l’objectif est d’assurer 35 % des besoins en 2020 à partir des énergies renouvelables telle la biomasse ou la géothermie. La priorité sera donnée à la production locale intégrée de fait au réseau électrique, instrument de mutualisation, de solidarité et de robustesse.

À l’échelle mondiale, gaz et charbon représentent les 2/3 de l’électricité mondiale. En France, l’électricité est à 75 % d’origine nucléaire, et un débat a actuellement lieu partout en Europe sur cette source d’énergie.

>> Quelle doit être la source majeure d’électricité de demain en France ?

La France est incontestablement à la pointe mondiale dans l’utilisation du nucléaire, résultat d’un choix non démocratique effectué il y a bientôt un demi-siècle et qui résulte d’investissements massifs et prolongés de l’État. Mais ces investissements n’ont aucunement fait avancer la question majeure des déchets ; et la question de la sûreté reste entière, car quelle que soit la culture de sécurité développée en France, le risque zéro n’existe pas comme le souligne l’Autorité de sûreté nucléaire. Les conséquences d’un accident nucléaire majeur en France sont simplement incommensurables. Le nucléaire n’est pas une énergie propre, ni sûre, ni durable. Si son développement a pu être présenté comme avantageux économiquement, les révélations récentes sur ses coûts réels, y compris pour le nucléaire dit du futur (l’EPR en tête), démontrent qu’il n’en est rien. Le rapport de la cour des comptes indique ainsi que le prix du MWh nucléaire serait de 50€, et encore est-ce sans compter nombre d’éléments :

  • 38 milliards de dépenses publiques française de développement du nucléaire, auxquels il faudrait ajouter 7 à 8€/MWh au titre de la recherche.
  • le coût de l’assurance est estimé à 1,5€/MWh. Or, ce coût est calculé sur la base d’une occurrence d’accident grave théorique historique, dont on sait qu’elle est 20 à 300 fois (suivant les modes de calculs) sous-estimée (au regard du retour d’expérience depuis le début du nucléaire civil). Il faudrait ajouter 30 à 450€/MWh supplémentaires !
  • la cour reconnaît que le coût du démantèlement est très certainement sous évalué (elle exige d’EDF de revoir totalement sa méthodologie). La quantification est impossible.
  • La totalité des calculs de la cour sont actualisé à 5% par an, ce qui tend à très fortement réduire les coûts futurs.

Le nucléaire ne procure bien sûr nulle indépendance énergétique puisque le combustible obligatoire, l’uranium, est entièrement importé, ce qui d’ailleurs produit des dégâts humains et environnementaux considérables dans certaines zones de production comme au Niger ou au Kazakhstan. Nous proposons donc de sortir progressivement du nucléaire en une vingtaine d’années, un laps de temps qui prend en compte la durée de vie des centrales, qui permette une réelle transition énergétique globale tout en décarbonant notre économie. Cela exclut bien entendu toute construction de nouvelle centrale, ce qui explique notre opposition à toute centrale de type EPR, dont nous estimons par ailleurs que ses dimensions et le type de combustible en font l’une des plus dangereuses qui soient.

A l’horizon 2050, une production d’énergie (incluant l’électricité) approchant les 100% renouvelables est parfaitement envisageable en France et en Europe, à condition que des politiques volontaristes soient mises en œuvre. Malheureusement, la France, embourbée dans son maximalisme nucléaire, est encore très en retrait sur les modes de productions d’énergie les plus prometteurs comme le solaire ou l’éolien.

La France est incontestablement l’un des leaders mondiaux dans le nucléaire, mais est plus en retrait sur des domaines porteurs comme le solaire (par exemple). Cette avance sur le nucléaire est en grande partie due à des investissements massifs de l’État.

>> Quel plan de recherche et de développement envisagez-vous en matière d’énergie ? Comment voyez-vous les rôles de grands acteurs traditionnels publics comme privés (Commissariat à l’Energie Atomique, Electricité De France, …) ?

Nous devons mettre à profit les immenses compétences présentes dans ces organismes qui ont bâti leur expertise et leur réputation en plusieurs décennies. Il n’est pas question de les brader. Quand Nicolas Sarkozy va à Fessenheim expliquer que lui, il protégera les emplois en ne fermant pas la centrale, malgré sa vétusté et sa localisation géographique dangereuse, il tombe dans la caricature et la tromperie. Fermer une centrale ne signifie aucunement mettre la clé sous la porte et envoyer ses employés à Pôle emploi. On n’arrête pas un réacteur comme un moteur de voiture. Une fois les réacteurs arrêtés, il faut s’occuper du démantèlement des centrales. Cela prendra des décennies! L’exemple de la petite centrale expérimentale de Brennilis en Bretagne, dont l’exploitation conjointe par EDF et le CEA a été interrompue en 1985, est particulièrement instructif. Son démantèlement dure depuis des décennies et on n’en voit pas la fin. Pourquoi? Parce que le savoir-faire est à construire, les filières industrielles à inventer. Il y a un marché colossal à conquérir dans le démantèlement des centaines de réacteurs disséminées dans le monde. Il faudra pour cela faire de la recherche et du développement, former les personnels, inventer de nouveaux métiers. Il n’y a pas à s’inquiéter pour l’emploi.

En revanche, le coût sera énorme pour les entités en charge du démantèlement, et la cour des comptes appelle à une autre évaluation que celle jusqu’à présent portée par EDF. Ce coût devra être assumé par les exploitants nucléaires ; or aujourd’hui, les « provisions » d’EDF sont encore inférieures aux objectifs légaux assignés, qui eux-mêmes sont certainement très insuffisants. De plus, les obligations légales de provisions sont assurées en partie par des manipulations comptables qui ne garantissent en rien la capacité à débloquer les financements nécessaires à la réalisation des travaux. A cet égard, nous sommes particulièrement inquiets de l’utilisation des actifs de RTE, le Réseau de transport de l’électricité, service public par excellence.

Ce que j’ai exposé pour la France est également vrai au niveau européen. Savez-vous que dans le cadre du traité Euratom il y a encore un budget spécifique de plusieurs milliards d’euros pour la recherche européenne en matière de nucléaire? Ce que nous proposons, c’est de réorienter drastiquement les budgets de recherche français comme européens vers la recherche et le développement sur la production d’énergie à partir de sources réellement renouvelables. D’autres points nécessitent beaucoup de recherche, par exemple en matière de stockage d’énergie, d’adéquation de la demande avec la production et des réseaux intelligents… Il n’y a, a priori, rien d’insurmontable, mais de réels défis scientifiques, techniques et industriels… comme il y en avait avant que le programme nucléaire ne soit lancé ! Il faut bien sûr inciter nos grands champions nationaux (entreprises comme organismes de recherche) à se tourner le plus rapidement possible vers les activités prometteuses plutôt qu’à se cramponner à ce qui sera bientôt le passé. Et nous comptons particulièrement sur l’innovation des TPE/PME, des territoires et des universités. Si les grands acteurs traditionnels ont un rôle moteur à jouer, une économie fondée sur les énergies renouvelables doit reposer sur la multiplicité des initiatives.

Les ressources énergétiques et leur prix ont de toute évidence façonné notre mode de vie et notre économie. Par exemple, le développement de l’automobile n’aurait pas été possible sans un pétrole relativement peu cher.

>> Comment conserver une énergie bon marché et aussi propre que possible ?

Pour la propreté, il faut réduire le plus vite possible l’utilisation des énergies les plus dangereuses et les plus polluantes, privilégier l’investissement de R&D vers cette transition énergétique, en allouant l’argent public de façon beaucoup plus intelligente. Faut-il vraiment viser en outre à conserver une énergie bon marché? C’est une question différente. La richesse des pays occidentaux s’est bâtie en grande partie sur l’existence de cette énergie bon marché et sur l’appropriation égoïste des ressources fossiles. Nous touchons maintenant au bout de cette logique qui à maints égards heurtent l’exigence de justice à l’échelle mondiale et s’oppose aux principes de l’écologie. Un des enjeux consiste au contraire à payer le juste prix pour l’énergie que nous dépensons, surtout si elle d’origine non renouvelable, si elle est dangereuse à produire… Est-il raisonnable de voyager en avion de Nantes à Marseille pour le prix d’une ou deux places au cinéma?

Si le monde était infini en ressources fossiles et fissiles et si leur consommation n’avait pas d’impacts, nous pourrions espérer une énergie éternellement bon marché. Nous pensons que cet espoir est vain : le renchérissement du prix unitaire de l’énergie est une tendance lourde contre laquelle il est sans espoir de lutter. Nous estimons de plus que certaines énergies, notamment fossiles, ne paient pas le juste prix puisqu’il n’existe pas actuellement de réelle fiscalité environnementale capable de refléter les dégradations environnementales induites par leur consommation (émissions de GES par exemple).

En revanche, nous distinguons le prix unitaire de l’énergie de la facture payée par l’usager. En effet, la facture d’un ménage ou d’une entreprise est le produit d’une quantité par un prix unitaire. Si le prix est croissant, nous pouvons agir sur la quantité pour stabiliser les factures payées. Les économies d’énergies permettront de stabiliser les factures payées (malgré une fiscalité environnementale supplémentaire, nécessaire).

Par ailleurs, nous estimons que les modes de tarification de certaines énergies (électricité, gaz) doivent être revus. Actuellement, ils sont « dégressifs » : plus vous consommez, moins vous payez cher à l’unité. Nous voulons inverser la tendance en organisant la progressivité tarifaire : les usages essentiels doivent être garantis pour tous tandis que les surconsommations et les gaspillages doivent être tarifés plus chers. Ce système existe dans d’autres territoires (Californie, Japon, Italie), par différents moyens, avec certains résultats probants : pourquoi ne pas le faire chez nous ?

A moyen terme, seules les énergies renouvelables sont capables de stabiliser, voire de faire diminuer le prix de l’énergie : ce sont les seuls moyens de production qui ne dépendent pas d’une ressource de stock mais de ressources de flux. En développant une société qui repose sur la sobriété, l’efficacité et les renouvelables, nous pouvons viser à une stabilisation des dépenses liées à l’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>