Eva Joly : « Modes de décision » en matière scientifique et familiarité avec la science

L’agenda scientifique et politique se construit à partir de sujets médiatiques, enjeux émergents, questionnements propres à la culture du parti et exercices de prospective stratégique.

>> En ce qui vous concerne, comment définissez-vous les sujets à traiter en priorité en matière de science et technologie ?

Il faut d’abord souligner que  c’est à la communauté scientifique de décider de l’essentiel de ses orientations, de même que l’industrie est autonome dans ses décisions. L’indépendance de la recherche est un gage de fécondité et une nécessité pour que la société puisse trouver des réponses objectives à ses questions. De ce point de vue, les multiples moyens de contrôle que le gouvernement met en place (contrôle politique de l’ANR, appels d’offre à répétition sur des sujets non débattus, agence d’évaluation managériale, etc) sont extrêmement inquiétants : c’est une dérive avec laquelle je romprai résolument. Cela étant posé, les citoyens et la société doivent pouvoir pointer des directions dans lesquelles il convient de porter un effort particulier, et également pouvoir, si ce n’est bloquer, en tout cas encadrer des sujets qui pourraient être problématiques à long terme. Je pense par exemple aux nanotechnologies, qui sont porteuses de promesses immenses, mais aussi de dangers très concrets pour la société (dispersion de particules hautement réactives chimiquement, atteintes à la vie privée…), et dont le développement actuel dans une logique de commercialisation rapide, avec des études d’impact dérisoires et arrivant très tardivement, est une aberration du point de vue éthique. Les politiques sont légitimes pour mettre en place de telles priorisations, à condition que cela se fasse dans le cadre d’un débat démocratique. Ce débat peut être géré au niveau du Parlement, mais il doit plus généralement être étendu à toute la société via des mécanismes de participation nouveaux. Les conférences de citoyens pourraient jouer un rôle important dans un tel système.

>> À partir de quoi construisez-vous vos positions et propositions sur les sujets à caractère scientifique ? Vous reposez-vous sur une culture ou formation personnelles, sur la presse spécialisée, sur les médias traditionnels, sur des conseillers spécialisés (précisez leur parcours), sur un dialogue direct avec des scientifiques, sur l’opinion publique, sur les rapports d’experts, sur les arguments d’associations ou entreprises ?

N’étant pas moi-même de formation scientifique, je m’appuie d’abord sur un certain nombre de personnes actives dans la commission Enseignement supérieur Recherche au sein d’Europe Ecologie les Verts. Bien évidemment, j’ai également des contacts avec toutes sortes d’organisations parmi lesquelles les associations occupent une place importante.

>> Qu’attendez-vous comme type d’information pour commencer à former une politique : des conclusions définitives, une vue d’ensemble de la situation, des pour et contre… ?

En matière scientifique comme en politique, les conclusions sont rarement définitives. Il faut en permanence intégrer de nouveaux éléments, des retours d’expériences… Définir une politique s’appuie sur ces éléments d’actualité mais découle aussi et d’abord d’une vision globale de la société, d’un cap que l’on souhaite prendre. C’est d’ailleurs une des spécificités de l’écologie que de porter un projet global de transformation, de ne pas être seulement dans la gestion du système au quotidien. Il faut consulter bien sûr : après tout, le rôle du politique est le plus souvent d’arbitrer entre des options contradictoires. Mais s’il faut évaluer au mieux les conséquences des décisions, s’il faut éviter celles qui sont irréversibles, il faut aussi avoir le courage d’impulser en acceptant le doute raisonnable. C’est l’esprit du principe de précaution d’ailleurs, trop souvent caricaturé en principe d’inaction.

>> Comment décririez vous le rapport entre le monde de la science et celui de l’action publique ? Avez-vous suffisamment accès aux informations nécessaires voire au acteurs concernés ? Que proposeriez vous pour faire évoluer ce rapport ?

Le mythe d’une tour d’ivoire de la science tend à perdurer, même si les épistémologues ont depuis longtemps conclu que la société fait science et fait technique – tout comme la science et la technique font société. Ce relatif isolement tient aussi au fait que relativement peu de grands élus sont passés, en France, par la formation par la recherche, et que c’est tout à fait exceptionnel dans la haute fonction publique. Les deux milieux ont donc peu de porosité, et cela constitue un handicap pour le pays – je souhaite d’ailleurs y remédier en faisant du doctorat une voie d’entrée dans la haute fonction publique. Au parlement, l’OPECST fait un travail intéressant mais qui reste assez confidentiel. Je souhaite transformer cet office en un organisme beaucoup plus ouvert sur l’ensemble de la société et qui serait en mesure d’organiser des débats démocratiques en lien avec les grands choix scientifiques et technologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>