Votons pour la science

Parlons d'avenir. Parlons de science.

Eva Joly

Eva Joly : Mini bio et équipe de campagne

Eva Joly est une ancienne magistrate, qui s’est faite connaître dans les années 1990 en instruisant des dossiers politico-financiers médiatisés tels que les affaires concernant Bernard Tapie et l’entreprise Elf. Elle a été préférée à Nicolas Hulot pour représenter Europe Écologie Les Verts à l’élection présidentielle.

Son conseiller « Enseignement supérieur et recherche » est Laurent Audouin, enseignant-chercheur en physique nucléaire à l’université Paris-Sud 11. Hélène Gassin, 4ème vice-présidente de la région Île-de-France chargée de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie, couvre la thématique « Énergie et climat ».

Ajouter un commentaire

Eva Joly : « Modes de décision » en matière scientifique et familiarité avec la science

L’agenda scientifique et politique se construit à partir de sujets médiatiques, enjeux émergents, questionnements propres à la culture du parti et exercices de prospective stratégique.

>> En ce qui vous concerne, comment définissez-vous les sujets à traiter en priorité en matière de science et technologie ?

Il faut d’abord souligner que  c’est à la communauté scientifique de décider de l’essentiel de ses orientations, de même que l’industrie est autonome dans ses décisions. L’indépendance de la recherche est un gage de fécondité et une nécessité pour que la société puisse trouver des réponses objectives à ses questions. De ce point de vue, les multiples moyens de contrôle que le gouvernement met en place (contrôle politique de l’ANR, appels d’offre à répétition sur des sujets non débattus, agence d’évaluation managériale, etc) sont extrêmement inquiétants : c’est une dérive avec laquelle je romprai résolument. Cela étant posé, les citoyens et la société doivent pouvoir pointer des directions dans lesquelles il convient de porter un effort particulier, et également pouvoir, si ce n’est bloquer, en tout cas encadrer des sujets qui pourraient être problématiques à long terme. Je pense par exemple aux nanotechnologies, qui sont porteuses de promesses immenses, mais aussi de dangers très concrets pour la société (dispersion de particules hautement réactives chimiquement, atteintes à la vie privée…), et dont le développement actuel dans une logique de commercialisation rapide, avec des études d’impact dérisoires et arrivant très tardivement, est une aberration du point de vue éthique. Les politiques sont légitimes pour mettre en place de telles priorisations, à condition que cela se fasse dans le cadre d’un débat démocratique. Ce débat peut être géré au niveau du Parlement, mais il doit plus généralement être étendu à toute la société via des mécanismes de participation nouveaux. Les conférences de citoyens pourraient jouer un rôle important dans un tel système.

>> À partir de quoi construisez-vous vos positions et propositions sur les sujets à caractère scientifique ? Vous reposez-vous sur une culture ou formation personnelles, sur la presse spécialisée, sur les médias traditionnels, sur des conseillers spécialisés (précisez leur parcours), sur un dialogue direct avec des scientifiques, sur l’opinion publique, sur les rapports d’experts, sur les arguments d’associations ou entreprises ?

N’étant pas moi-même de formation scientifique, je m’appuie d’abord sur un certain nombre de personnes actives dans la commission Enseignement supérieur Recherche au sein d’Europe Ecologie les Verts. Bien évidemment, j’ai également des contacts avec toutes sortes d’organisations parmi lesquelles les associations occupent une place importante.

>> Qu’attendez-vous comme type d’information pour commencer à former une politique : des conclusions définitives, une vue d’ensemble de la situation, des pour et contre… ?

En matière scientifique comme en politique, les conclusions sont rarement définitives. Il faut en permanence intégrer de nouveaux éléments, des retours d’expériences… Définir une politique s’appuie sur ces éléments d’actualité mais découle aussi et d’abord d’une vision globale de la société, d’un cap que l’on souhaite prendre. C’est d’ailleurs une des spécificités de l’écologie que de porter un projet global de transformation, de ne pas être seulement dans la gestion du système au quotidien. Il faut consulter bien sûr : après tout, le rôle du politique est le plus souvent d’arbitrer entre des options contradictoires. Mais s’il faut évaluer au mieux les conséquences des décisions, s’il faut éviter celles qui sont irréversibles, il faut aussi avoir le courage d’impulser en acceptant le doute raisonnable. C’est l’esprit du principe de précaution d’ailleurs, trop souvent caricaturé en principe d’inaction.

>> Comment décririez vous le rapport entre le monde de la science et celui de l’action publique ? Avez-vous suffisamment accès aux informations nécessaires voire au acteurs concernés ? Que proposeriez vous pour faire évoluer ce rapport ?

Le mythe d’une tour d’ivoire de la science tend à perdurer, même si les épistémologues ont depuis longtemps conclu que la société fait science et fait technique – tout comme la science et la technique font société. Ce relatif isolement tient aussi au fait que relativement peu de grands élus sont passés, en France, par la formation par la recherche, et que c’est tout à fait exceptionnel dans la haute fonction publique. Les deux milieux ont donc peu de porosité, et cela constitue un handicap pour le pays – je souhaite d’ailleurs y remédier en faisant du doctorat une voie d’entrée dans la haute fonction publique. Au parlement, l’OPECST fait un travail intéressant mais qui reste assez confidentiel. Je souhaite transformer cet office en un organisme beaucoup plus ouvert sur l’ensemble de la société et qui serait en mesure d’organiser des débats démocratiques en lien avec les grands choix scientifiques et technologiques.

Ajouter un commentaire

Eva Joly : Politique énergétique

Les projections actuelles montrent que croissance économique et démographique entraîneront mécaniquement un doublement de la demande énergétique mondiale d’ici 2050 (pour atteindre 28 TW de puissance, contre les 14 TW mondiaux aujourd’hui). Par ailleurs, ce doublement de la production énergétique devra s’accompagner d’une diminution des rejets de dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre, afin de ne pas déclencher une crise climatique et environnementale, dans un contexte mondial de raréfaction probable du pétrole et de méfiance vis-à-vis du nucléaire (en Europe notamment).

D’un point de vue purement quantitatif, certaines énergies renouvelables comme le solaire ou l’éolien représentent chacune moins de 1% de la production énergétique française contre environ 30 % pour le nucléaire et 50 % pour les combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon). (source : Ministère de l’Ecologie, du développement durable, des transports et du logement)

>> Faut-il modifier ce mix énergétique et quelles politiques lancerez-vous pour cela ?

Tout comme le réchauffement de la planète, la rareté à venir, la décroissance proche et rapide de la ressource en énergies fossiles ont été annoncées depuis longtemps par les écologistes. Parfois sous les moqueries. Mais tout cela est désormais avéré. La prise de conscience étant acquise, il est temps de passer à l’étape de transition vers un autre modèle énergétique. Il sera fondé sur quatre piliers : la sobriété, l’efficacité, le développement des énergies renouvelables, la lutte contre la précarité énergétique.

Il faut cesser de raisonner à partir d’hypothèses erronées : non, le doublement de la demande primaire d’ici 2050 n’est pas inéluctable, et aucune solution crédible ne pourra être proposée et mise en oeuvre si l’on se contente de raisonner sur la production. Un accès à l’énergie devra être garanti aux pays pauvres, les pays développés devant d’ores et déjà s’engager dans une réduction conséquente de leur consommation. Nous savons que les marges de manœuvre et termes d’efficacité énergétique sont considérables : il est impératif de les mobiliser, tant pour protéger l’environnement que pour partager équitablement les ressources.

Laissez-moi illustrer la démarche concrètement : aujourd’hui en France, plus d’un tiers des foyers sont chauffés à l’électricité. Le chauffage électrique étant l’une des principales causes de la « pointe électrique », laquelle est satisfaite par le recours massif aux énergies fossiles. Ainsi, pour produire 1 kWh de chauffage avec un convecteur électrique, il aura fallu dépenser 4 kWh de gaz : 3 kWh pour transformer du gaz en électricité (rendement de la centrale de 33%) plus environ 1 kWh de pertes (transports, convecteur…). Au lieu d’utiliser le chauffage électrique, il serait préférable de chauffer directement avec du gaz : pour le même kWh de chauffage, vous n’aurez dépensé que 1,1 kWh de gaz. Et tout ceci, à technologie existante et sans toucher au besoin de chauffage.

Pour ce qui est de la France, Le mix énergétique doit radicalement évoluer. Nous devons tout d’abord engager un grand plan d’efficacité énergétique qui touchera l’ensemble des secteurs de l’économie (bâtiments, industrie, transports principalement). Les gisements sont connus par de multiples études, et leur rentabilité l’est également. Il faudra cependant créer une dynamique permettant leur mobilisation. Pour ce qui est de la production, les énergies renouvelables peuvent assurer jusqu’à 40 % de la production d’électricité totale dès 2020 (un niveau comparable à celui proposé par les professionnels regroupés au sein du SER). Nous proposons un accroissement très limité et transitoire du recours au gaz naturel (avec un recours systématique à la cogénération). Ainsi, la sortie progressive et programmée du nucléaire en 20 ans peut être assurée, avec un impact sur les émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique très faible (l’augmentation du gaz étant largement compensée par l’arrêt des centrales à charbon et fioul encore existantes). A partir de 2020, les émissions de GES décroissent rapidement. En outre, les importations d’électricité en période de pointe (qui ont une forte intensité carbone bien que les émissions ne soient pas comptées sur le territoire national) seront rapidement diminuées grâce aux économies d’énergie et à la sortie du chauffage électrique. Enfin, pour la production de chaleur, l’objectif est d’assurer 35 % des besoins en 2020 à partir des énergies renouvelables telle la biomasse ou la géothermie. La priorité sera donnée à la production locale intégrée de fait au réseau électrique, instrument de mutualisation, de solidarité et de robustesse.

À l’échelle mondiale, gaz et charbon représentent les 2/3 de l’électricité mondiale. En France, l’électricité est à 75 % d’origine nucléaire, et un débat a actuellement lieu partout en Europe sur cette source d’énergie.

>> Quelle doit être la source majeure d’électricité de demain en France ?

La France est incontestablement à la pointe mondiale dans l’utilisation du nucléaire, résultat d’un choix non démocratique effectué il y a bientôt un demi-siècle et qui résulte d’investissements massifs et prolongés de l’État. Mais ces investissements n’ont aucunement fait avancer la question majeure des déchets ; et la question de la sûreté reste entière, car quelle que soit la culture de sécurité développée en France, le risque zéro n’existe pas comme le souligne l’Autorité de sûreté nucléaire. Les conséquences d’un accident nucléaire majeur en France sont simplement incommensurables. Le nucléaire n’est pas une énergie propre, ni sûre, ni durable. Si son développement a pu être présenté comme avantageux économiquement, les révélations récentes sur ses coûts réels, y compris pour le nucléaire dit du futur (l’EPR en tête), démontrent qu’il n’en est rien. Le rapport de la cour des comptes indique ainsi que le prix du MWh nucléaire serait de 50€, et encore est-ce sans compter nombre d’éléments :

  • 38 milliards de dépenses publiques française de développement du nucléaire, auxquels il faudrait ajouter 7 à 8€/MWh au titre de la recherche.
  • le coût de l’assurance est estimé à 1,5€/MWh. Or, ce coût est calculé sur la base d’une occurrence d’accident grave théorique historique, dont on sait qu’elle est 20 à 300 fois (suivant les modes de calculs) sous-estimée (au regard du retour d’expérience depuis le début du nucléaire civil). Il faudrait ajouter 30 à 450€/MWh supplémentaires !
  • la cour reconnaît que le coût du démantèlement est très certainement sous évalué (elle exige d’EDF de revoir totalement sa méthodologie). La quantification est impossible.
  • La totalité des calculs de la cour sont actualisé à 5% par an, ce qui tend à très fortement réduire les coûts futurs.

Le nucléaire ne procure bien sûr nulle indépendance énergétique puisque le combustible obligatoire, l’uranium, est entièrement importé, ce qui d’ailleurs produit des dégâts humains et environnementaux considérables dans certaines zones de production comme au Niger ou au Kazakhstan. Nous proposons donc de sortir progressivement du nucléaire en une vingtaine d’années, un laps de temps qui prend en compte la durée de vie des centrales, qui permette une réelle transition énergétique globale tout en décarbonant notre économie. Cela exclut bien entendu toute construction de nouvelle centrale, ce qui explique notre opposition à toute centrale de type EPR, dont nous estimons par ailleurs que ses dimensions et le type de combustible en font l’une des plus dangereuses qui soient.

A l’horizon 2050, une production d’énergie (incluant l’électricité) approchant les 100% renouvelables est parfaitement envisageable en France et en Europe, à condition que des politiques volontaristes soient mises en œuvre. Malheureusement, la France, embourbée dans son maximalisme nucléaire, est encore très en retrait sur les modes de productions d’énergie les plus prometteurs comme le solaire ou l’éolien.

La France est incontestablement l’un des leaders mondiaux dans le nucléaire, mais est plus en retrait sur des domaines porteurs comme le solaire (par exemple). Cette avance sur le nucléaire est en grande partie due à des investissements massifs de l’État.

>> Quel plan de recherche et de développement envisagez-vous en matière d’énergie ? Comment voyez-vous les rôles de grands acteurs traditionnels publics comme privés (Commissariat à l’Energie Atomique, Electricité De France, …) ?

Nous devons mettre à profit les immenses compétences présentes dans ces organismes qui ont bâti leur expertise et leur réputation en plusieurs décennies. Il n’est pas question de les brader. Quand Nicolas Sarkozy va à Fessenheim expliquer que lui, il protégera les emplois en ne fermant pas la centrale, malgré sa vétusté et sa localisation géographique dangereuse, il tombe dans la caricature et la tromperie. Fermer une centrale ne signifie aucunement mettre la clé sous la porte et envoyer ses employés à Pôle emploi. On n’arrête pas un réacteur comme un moteur de voiture. Une fois les réacteurs arrêtés, il faut s’occuper du démantèlement des centrales. Cela prendra des décennies! L’exemple de la petite centrale expérimentale de Brennilis en Bretagne, dont l’exploitation conjointe par EDF et le CEA a été interrompue en 1985, est particulièrement instructif. Son démantèlement dure depuis des décennies et on n’en voit pas la fin. Pourquoi? Parce que le savoir-faire est à construire, les filières industrielles à inventer. Il y a un marché colossal à conquérir dans le démantèlement des centaines de réacteurs disséminées dans le monde. Il faudra pour cela faire de la recherche et du développement, former les personnels, inventer de nouveaux métiers. Il n’y a pas à s’inquiéter pour l’emploi.

En revanche, le coût sera énorme pour les entités en charge du démantèlement, et la cour des comptes appelle à une autre évaluation que celle jusqu’à présent portée par EDF. Ce coût devra être assumé par les exploitants nucléaires ; or aujourd’hui, les « provisions » d’EDF sont encore inférieures aux objectifs légaux assignés, qui eux-mêmes sont certainement très insuffisants. De plus, les obligations légales de provisions sont assurées en partie par des manipulations comptables qui ne garantissent en rien la capacité à débloquer les financements nécessaires à la réalisation des travaux. A cet égard, nous sommes particulièrement inquiets de l’utilisation des actifs de RTE, le Réseau de transport de l’électricité, service public par excellence.

Ce que j’ai exposé pour la France est également vrai au niveau européen. Savez-vous que dans le cadre du traité Euratom il y a encore un budget spécifique de plusieurs milliards d’euros pour la recherche européenne en matière de nucléaire? Ce que nous proposons, c’est de réorienter drastiquement les budgets de recherche français comme européens vers la recherche et le développement sur la production d’énergie à partir de sources réellement renouvelables. D’autres points nécessitent beaucoup de recherche, par exemple en matière de stockage d’énergie, d’adéquation de la demande avec la production et des réseaux intelligents… Il n’y a, a priori, rien d’insurmontable, mais de réels défis scientifiques, techniques et industriels… comme il y en avait avant que le programme nucléaire ne soit lancé ! Il faut bien sûr inciter nos grands champions nationaux (entreprises comme organismes de recherche) à se tourner le plus rapidement possible vers les activités prometteuses plutôt qu’à se cramponner à ce qui sera bientôt le passé. Et nous comptons particulièrement sur l’innovation des TPE/PME, des territoires et des universités. Si les grands acteurs traditionnels ont un rôle moteur à jouer, une économie fondée sur les énergies renouvelables doit reposer sur la multiplicité des initiatives.

Les ressources énergétiques et leur prix ont de toute évidence façonné notre mode de vie et notre économie. Par exemple, le développement de l’automobile n’aurait pas été possible sans un pétrole relativement peu cher.

>> Comment conserver une énergie bon marché et aussi propre que possible ?

Pour la propreté, il faut réduire le plus vite possible l’utilisation des énergies les plus dangereuses et les plus polluantes, privilégier l’investissement de R&D vers cette transition énergétique, en allouant l’argent public de façon beaucoup plus intelligente. Faut-il vraiment viser en outre à conserver une énergie bon marché? C’est une question différente. La richesse des pays occidentaux s’est bâtie en grande partie sur l’existence de cette énergie bon marché et sur l’appropriation égoïste des ressources fossiles. Nous touchons maintenant au bout de cette logique qui à maints égards heurtent l’exigence de justice à l’échelle mondiale et s’oppose aux principes de l’écologie. Un des enjeux consiste au contraire à payer le juste prix pour l’énergie que nous dépensons, surtout si elle d’origine non renouvelable, si elle est dangereuse à produire… Est-il raisonnable de voyager en avion de Nantes à Marseille pour le prix d’une ou deux places au cinéma?

Si le monde était infini en ressources fossiles et fissiles et si leur consommation n’avait pas d’impacts, nous pourrions espérer une énergie éternellement bon marché. Nous pensons que cet espoir est vain : le renchérissement du prix unitaire de l’énergie est une tendance lourde contre laquelle il est sans espoir de lutter. Nous estimons de plus que certaines énergies, notamment fossiles, ne paient pas le juste prix puisqu’il n’existe pas actuellement de réelle fiscalité environnementale capable de refléter les dégradations environnementales induites par leur consommation (émissions de GES par exemple).

En revanche, nous distinguons le prix unitaire de l’énergie de la facture payée par l’usager. En effet, la facture d’un ménage ou d’une entreprise est le produit d’une quantité par un prix unitaire. Si le prix est croissant, nous pouvons agir sur la quantité pour stabiliser les factures payées. Les économies d’énergies permettront de stabiliser les factures payées (malgré une fiscalité environnementale supplémentaire, nécessaire).

Par ailleurs, nous estimons que les modes de tarification de certaines énergies (électricité, gaz) doivent être revus. Actuellement, ils sont « dégressifs » : plus vous consommez, moins vous payez cher à l’unité. Nous voulons inverser la tendance en organisant la progressivité tarifaire : les usages essentiels doivent être garantis pour tous tandis que les surconsommations et les gaspillages doivent être tarifés plus chers. Ce système existe dans d’autres territoires (Californie, Japon, Italie), par différents moyens, avec certains résultats probants : pourquoi ne pas le faire chez nous ?

A moyen terme, seules les énergies renouvelables sont capables de stabiliser, voire de faire diminuer le prix de l’énergie : ce sont les seuls moyens de production qui ne dépendent pas d’une ressource de stock mais de ressources de flux. En développant une société qui repose sur la sobriété, l’efficacité et les renouvelables, nous pouvons viser à une stabilisation des dépenses liées à l’énergie.

Ajouter un commentaire

Eva Joly : Innovation et R&D

L’innovation scientifique est sans aucun doute l’une des clés des investissements d’avenir. Les recherches d’aujourd’hui sont les TGV et les Airbus de demain, pourvoyeurs de croissance sur le long terme. 

Les dépenses de Recherche et Développement, comptées en part du PIB, ont atteint leur pic en 1993 (2.4 %), puis elles ont baissé fortement entre 2002 et 2007 et pourraient même être descendues sous les 2% selon certains instituts étrangers (sources : Sénat, 2011 GlobalR&DFundingForecast pour les chiffres 2010). La France est bien loin des Etats-Unis, du Japon, de l’Allemagne, de la Suisse ou encore de la Corée du Sud en part du PIB consacré à la R&D, et les objectifs européens pris en 2000 d’une part de 3% du PIB consacré à la recherche en 2010 n’ont jamais été réalisés. 

>> Quelle politique suivrez-vous pour enrayer ce déclin ?

En tant qu’écologiste, il me faut souvent répéter à mes interlocuteurs que les solutions aux grands problèmes qui affectent la planète et l’humanité sont politiques avant d’être techniques ; il n’en reste pas moins que la recherche et l’innovation ont un rôle considérable à jouer pour faciliter la transition vers une société écologique. Le tissu industriel de la France est aujourd’hui axé en majorité dans des activités peu innovantes et de milieu de gamme : un développement fort de l’innovation écologique facilitera la reconversion des industries anciennes comme l’automobile, et limitera notre exposition à la concurrence internationale.

Les dépenses de R&D doivent donc s’accroître, et le public comme le privé en prendre leur part. Je souhaite tout d’abord augmenter l’effort public de recherche civile : cela peut être financé avec un coût très faible pour les finances publiques en réorientant une partie du Crédit d’Impôt Recherche et une partie des budgets affectés à la recherche militaire et aérospatiale. Et je souhaite créer les conditions d’un développement fort de la R&D privée, point faible historique de la France. Pour cela, le levier majeur n’est pas de déverser l’argent public sur toute activité estampillée « recherche » (même si elle concerne la banque ou l’assurance!) comme l’a fait le gouvernement avec le Crédit d’Impôt Recherche : malgré son coût annuel de 5 milliards d’euros, il profite essentiellement aux grandes entreprises et n’a pas généré d’accroissement tangible des investissements privés de R&D. Il faut au contraire favoriser l’émergence de PME innovantes. Il y a plusieurs leviers pour cela : la commande publique, qu’il s’agisse de réserver une partie des marchés publics aux PME (un « Small Buseness Act » à la française) ou de lancer des concours d’innovation ; une incitation fiscale mieux ciblée, avec des conditionnalités écologiques et sociales, et mieux évaluée ; et l’évolution culturelle que serait l’aptitude du monde de l’industrie et de la recherche à dialoguer de manière constructive. Ce dernier aspect est le plus difficile à concrétiser, car il suppose que chercheurs et entrepreneurs aient des accointances communes, donc ne soient pas issus de formations qui s’ignorent, alors que le système des « grandes » écoles pousse précisément à une telle dichotomie. La réforme de l’enseignement supérieur, avec le rapprochement des universités et des écoles, et une meilleure reconnaissance professionnelle du doctorat, participeront de cet objectif.

Certains géants mondiaux d’aujourd’hui dans les nouvelles technologies comme Facebook et Google sont nés de PME. Or en France, la R&D est principalement le fait de très grandes entreprises (voir par exemple http://www.inventioneurope.com/Article626999.htm).

>> Comment faire en sorte que la France puisse développer un tissu de PME technologiques ?

Certains géants mondiaux d’aujourd’hui, en particulier dans les nouvelles technologies – je pense à Facebook ou à Google, sont nés de presque rien, d’une idée, et en quelques années ont dépassé le stade de petite puis moyenne entreprise pour prendre la place mondiale qu’on leur connaît aujourd’hui. Pour ce faire, elles ont bénéficié tout au long de leur parcours des soutiens financiers qui ont permis et accompagner leur croissance. En France, les financements pour la R&D soutiennent principalement les très grandes entreprises, faute de PME innovantes et technologiques. A la différence de ce qu’on observe en Allemagne, les grandes entreprises françaises ne considèrent pas les PME avec lesquelles elles interagissent comme des partenaires à privilégier, à faire prospérer pour créer avec elles ce qu’on nomme parfois un « écosystème ». Au contraire, les PME françaises servent de variables d’ajustement aux grands groupes qui, en temps de crise, ont tendance à les sacrifier en croyant se préserver. Nous pensons qu’il s’agit là d’une politique totalement erronée et en tout cas qui manque de vision stratégique.

L’innovation est le fruit d’initiatives de terrain qui impliquent une succession d’essais/erreurs pour que certaines parviennent au succès. Il faut donc privilégier le soutien aux initiatives et ne pas pénaliser les erreurs. Les écologistes sont favorables à une nouvelle décentralisation. Nous souhaitons que les Régions aient un rôle accru en faveur de la recherche et de l’innovation. De la même façon, elles doivent jouer un rôle de plus en plus actif dans l’accompagnement de l’économie locale. C’est à ce niveau que pourront se développer des PME innovantes. Un des enjeux réside dans la constitution de réseaux régionaux qui mettent les acteurs en relation, qu’ils travaillent dans les laboratoires de recherche ou dans les PME. Il faut inventer de nouveaux métiers, par exemple celui d’ « interfaceur ». Les conseils régionaux pourraient recevoir la responsabilité de constituer ces structures d’interface dans le cadre de nouvelles compétences qui leur seraient dévolues, accompagnées bien sûr des moyens financiers ad hoc.  Et j’ai cité à la question précédente un train de mesures nationales qui apporteraient des soutiens forts aux PME innovantes.

>> Quel doit être le rôle des universités dans l’innovation ? Les entreprises doivent-elles être le lieu de la R&D, ou doivent-elles préférentiellement financer la recherche (bourses, matériel …)  pour qu’elle soit faite à l’université ?

La R&D est du ressort des entreprises. Les universités ont d’autres missions à remplir, ne mélangeons pas les genres. Ce qui n’empêche pas de favoriser les relations et les rencontres, ou de permettre à des équipes d’accompagner une découverte sur la voie d’applications industrielles lorsqu’elles en ont la volonté et les capacités. Mais il ne revient pas à l’université ou aux organismes de recherche de se substituer à la R&D privée. Leur rôle principal est en amont, dans l’exploration des frontières de la connaissance, et dans leur contribution à la formation des cadres par la recherche. Faire des universités un lieu de formation majeur des cadres du pays est un impératif : la difficulté de l’industrie française à se tourner vers l’innovation n’est certainement pas sans lien avec le fait que seulement 10% des cadres du privé sont titulaires d’un doctorat alors qu’ils sont par exemple 30% aux USA.

De plus en plus, l’innovation est le fruit d’initiatives décentralisées qui impliquent une succession d’essais/erreurs pour que certaines parviennent au succès.

>> Comment concilier cette vision avec l’action des pouvoirs publics ?

Voir ci-dessus.

Ajouter un commentaire

Eva Joly : Éducation et culture scientifique

La comparaison de la France avec les autres pays est peu élogieuse. Légèrement au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE en termes de moyens (mais ne tenant pas la comparaison avec l’Autriche, les Etats-Unis, les pays nordiques et le Japon en particulier) [source : Regards sur l’éducation 2011: Les indicateurs de l’OCDE] mais en réel retard en termes de résultats (étude PISA, classement des universités de Shangaï), l’éducation scientifique française, du primaire jusqu’au supérieur n’est pas, et de loin, un modèle sur le plan international. De plus, d’importantes disparités existent :

  • Entre matières : les mathématiques restent la matière de « l’excellence ». Par exemple, au collège, l’ensemble de l’enseignement scientifique hors mathématiques se partage le même volume horaire que le sport. Et au lycée, les sciences physiques et les SVT voient leur volume horaire diminuer fortement avec la réforme du lycée.
  • Entre filière : les moyens financiers par an et par étudiant sont beaucoup plus importants en classe préparatoire (14 850 euros par an et par étudiant) et en BTS (13 730 euros par an et par étudiant) qu’à l’université (10 220 euros par an et par étudiant, en y incorporant les filières IUT, mieux dotées que les cursus LMD classiques), parent pauvre de l’enseignement supérieur.

Enfin l’érosion des inscriptions en filières scientifiques viennent clore ce constat préoccupant.

>> Quels objectifs doit se fixer la France en terme d’enseignement scientifique : classements internationaux par classe d’âge (Etudes du type PISA), effectifs et accessibilité du supérieur ? Quelles sont d’après vous les idées directrices à suivre pour y parvenir ?

La France investit fortement dans l’éducation : il s’agit là d’une force pour notre pays et je combattrai sans relâche celles et ceux qui proposent de faire des économies sur la formation. Investir dans le savoir et la connaissance est un impératif pour former les citoyens éclairés de demain. Et dans une société où les questions scientifiques et techniques jouent un rôle toujours plus important, il est primordial que tous les jeunes disposent d’un bagage scientifique. Dans le système actuel, il est possible d’être diplômé à bac+5 en ayant fait de la physique ou de la biologie pendant moins de 4 ans de scolarité : quel sens cela a-t-il ? Cette revalorisation des enseignements scientifiques doit d’ailleurs être l’occasion d’un rééquilibrage au bénéfice des aspects expérimentaux : la démarche déductive et pratique est à la fois plus attrayante et moins exigeante en termes d’abstraction que les mathématiques.

J’identifie deux faiblesses majeures dans le système d’enseignement français : un investissement insuffisant dans le primaire par rapport au secondaire, et une obsession de la   notation et de la comparaison des élèves dès les petites classes. Les études PISA ont bien mis en évidence à quel point cet accompagnement insuffisant au niveau élémentaire et ce système de filtrage constant aboutit à abandonner en cours de route une fraction incroyablement élevée des élèves (22% d’élèves de 15 ans en grande difficulté, un des pires résultats de l’OCDE), tandis qu’au nom de la formation des « élites de la république » la fraction des meilleurs bénéficie d’un surinvestissement dont les classes préparatoires aux grandes écoles sont l’ultime avatar. Une telle école n’est égalitaire que dans la forme, comme le démontre la forte corrélation entre l’origine sociale et l’accès aux formations les plus prestigieuses. Il faut donc revoir toute la pédagogie et l’organisation de l’école pour que tous les jeunes puissent y trouver leur place.

Ces problèmes se retrouvent également dans le supérieur. L’accès au supérieur n’est pas encore suffisamment démocratisé pour autant, et les inégalités entre filières sont patentes. Je fais mien l’objectif de 50% d’une classe d’âge diplômé du supérieur : mais cela demande des moyens financiers concrets et la mise en place de cursus adaptés pour permettre aux jeunes issus des bacs technologiques, et même professionnels, d’y réussir. Cette évolution de l’orientation a au moins autant d’importance que l’amélioration de la pédagogie si l’on veut réduire le trop fameux échec en licence. Cette amélioration de la réussite des étudiants passe aussi par les conditions d’études : le travail en parallèle aux études est la première cause d’échec ! Le supérieur devrait évoluer vers la gratuité au même titre que le secondaire, le système de bourses doit être étendu pour se transformer progressivement en revenu d’autonomie, et une politique volontariste de construction de logements étudiants doit être entreprise.

>> Les inégalités entre filières (université / classes préparatoires par exemple) ou entre matières (mathématiques / biologie par exemple) sont-elles pour vous préoccupantes, et faut-il chercher à les gommer ? Quels moyens pour y parvenir (investissements publics, privés, modification des frais de scolarité, …) ?

J’ai deux objectif centraux en matière d’enseignement supérieur : permettre à un plus grand nombre de jeunes de réussir et mettre la formation par la recherche au centre du système de formation. Pour cela, je souhaite rappeler aux BTS et aux IUT leurs missions initiales, à savoir la poursuite d’étude des bacheliers professionnels et technologiques: cela pourra passer par un système de quotas dans ces formations. Concernant les premiers cycles généralistes, on lit souvent qu’il faut donner aux licences les moyens de « se battre à armes égales » avec les classes préparatoires : je préconise pour ma part d’en finir avec cette dualité pour aller vers une fusion par le haut des deux systèmes. Des licences refondées conserveront leur dimension universitaire, le premier lien avec la recherche, mais l’encadrement y sera plus important, et la pluridisciplinarité en fera partie intégrante. Les enseignants de classes préparatoires, presque tous docteurs aujourd’hui, y trouveront toute leur place. Le rapprochement des écoles avec les universités doit être largement accéléré, dans le cadre de structures fédératives permettant des transitions culturelles progressives, structures pouvant s’inspirer pour partie des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur, les PRES. A terme, les écoles pourraient devenir des instituts universitaires à part entière, conservant une forte autonomie mais parties prenantes de la dynamique de pôles universitaires rénovés.

Les formations supérieures ne sont pas différentes des formations primaires et secondaires : il s’agit d’un investissement de la société sur elle-même. Et les études économétriques  démontrent que l’investissement public dans l’enseignement supérieur est à la fois rentable pour l’Etat et redistributif. C’est donc à la puissance publique d’agir pour donner au supérieur les moyens de mieux remplir ses missions.

>> Plus généralement, quelles sont pour vous les bases nécessaires à un citoyen pour donner un avis éclairé, en terme de raisonnement et de culture scientifique ? Comment former et informer les citoyens une fois sortis du système éducatif ? Le service public audiovisuel, très pauvre en contenu spécifiquement axé vers les sciences, a-t-il un rôle à jouer et comment ?

Le savoir ne s’acquiert pas uniquement lors de la formation initiale, mais tout commence par là. J’ai déjà souligné plus haut que la place actuellement dévolue aux sciences dans l’enseignement est à la fois insuffisante et mal équilibrée, alors même que la simple compréhension des transformations à l’oeuvre dans la société fait de plus en plus appel à la culture scientifique et technique. Je souhaite par exemple encourager un recours accru à l’observation dans l’enseignement primaire, de façon à familiariser les élèves dès leur plus jeune âge avec la démarche scientifique, en leur apprenant à raisonner rationnellement sur des faits observés et établis. Il est également impératif de dispenser à l’ensemble des étudiants inscrits dans les cursus de formation des professeurs des écoles, une formation scientifique de base leur permettant d’assurer dans les meilleures conditions l’initiation de leurs élèves aux sciences.

Cela posé, je souhaite faire de la diffusion de la culture scientifique dans l’ensemble de la population une priorité des politiques culturelles. Toucher l’ensemble de la population, cela veut dire privilégier la proximité, donc préférer des expositions itinérantes et des structures locales plutôt que des éléphants blancs. Les médias comme la télévision ont un rôle de premier plan à jouer : la culture scientifique devrait faire partie intégrante de leur cahier des charges.

Dans un monde de plus en plus complexe et technologique, les citoyens sont bombardés d’offres basées sur un argumentaire scientifique. Certains en profitent et voguent sur ces tendances pour tirer parti de consommateurs peu informés ou en situation de faiblesse, occasionnant au mieux une perte économique, au pire des dommages sur la santé. Le rapport 2010 de la MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) pointe par exemple les dérives des médecines alternatives dans le traitement du cancer (Rapport annuel au premier ministre 2010, p.129).

Dans un monde de plus en plus complexe et technologique, les citoyens sont bombardés d’offres basées sur un argumentaire scientifique. Certains en profitent et voguent sur ces tendances pour tirer parti de consommateurs peu informés ou en situation de faiblesse, occasionnant au mieux une perte économique, au pire des dommages sur la santé. Le rapport 2010 de la MIVILUDES pointe par exemple les dérives des médecines alternatives dans le traitement du cancer (Rapport annuel au premier ministre 2010, p.129).

>> Dans quelle mesure l’état doit s’impliquer dans la lutte contre ces dérives ? L’éducation scientifique des citoyens est-elle un levier d’action dans ce domaine ?

Toute tromperie des consommateurs doit être poursuivie et sanctionnée, à plus forte raison lorsqu’elle peut avoir des conséquences sanitaires ou sociales. Face à des discours pseudo-scientifiques, il est bien évident que l’éducation des citoyens est un premier rempart. Mais cet exemple questionne en fait tout le système de la publicité, qui reste insuffisamment contrôlé et encadré. Je propose la création d’une autorité indépendante chargée de la régulation pour tous les supports, composée de représentants de l’État, des ONG, des associations de consommateurs, des professionnels du secteur. Une de ses missions pourrait porter sur l’évaluation de la réalité des argumentaires utilisés. D’autre part, les citoyens sont d’autant plus susceptibles d’être abusés qu’ils sont fondés à douter de l’impartialité des expertises issues des agences officielles : la lutte contre les conflits d’intérêts, la transparence des procédures et le recours systématique à des actes d’expertise indépendant (et non pas réalisés par les fabricants) sont indispensables, ce qui implique entre autres la création d’un système de protection des lanceurs d’alerte.

Ajouter un commentaire

Eva Joly : Régulation des technologies et organisation de l’expertise

OGM, téléphonie mobile, pesticides… et maintenant nanotechnologies, nombreuses sont les polémiques impliquant les sciences et les techniques, et sur lesquelles le principe de précaution désormais inscrit dans la Constitution semble offrir bien peu de prise.

>> Allez-vous chercher à lever les incertitudes scientifiques qui pèsent sur ces technologies controversées, ou préférez-vous donner priorité à l’innovation ? Êtes-vous prêt(e) à contribuer à une réforme des systèmes d’expertise français et européen, souvent mis en cause ? A organiser un débat public à ce sujet ?

Une des caractéristiques du capitalisme contemporain est de chercher à contrôler toujours plus étroitement la production et la circulation des savoirs, et à raccourcir au maximum le temps entre la découverte et la mise de produits sur le marché. Et les politiques menées ces dernières années ont facilité cette prédation : recherche publique lentement mais sûrement déstructurée sous le couvert fallacieux de l’“excellence”, argent public destiné à l’innovation privée dépensé avec peu de contrôles et sans évaluation, renforcement des droits de propriété intellectuelle hors de tout débat public…

Je suis déterminée à rompre avec ces dérives, à mettre en place un nouveau partenariat entre science et société. La forme “débat public” peut avoir son utilité, mais elle n’est pas à la hauteur des enjeux : il est temps de faire émerger une démocratie scientifique par une politique de partage des connaissances et l’installation d’un Office national indépendant, financé sur fonds d’État, chargé de mettre en débat public les grands choix en matière scientifique et technologique. Il faut également développer les recherches basées sur une collaboration entre les laboratoires de recherche publics et les organisations de la société civile, comme les Picri en Ile-de-France.

La question de l’expertise est évidemment au cœur des relations entre science et société. La société doit pouvoir s’appuyer sur une expertise publique autonome et contradictoire. Pour cela, je propose de créer une Haute autorité de l’alerte et de l’expertise, et de permettre de valoriser les missions d’expertise effectuées par les chercheurs publics. Enfin, je répète qu’il faut mettre en place un statut véritablement protecteur des lanceurs d’alerte. Sur ces deux derniers points, le statut de fonctionnaire des chercheurs offre une garantie d’indépendance qui doit absolument être préservée. Ces mesures pourraient parfaitement être mises en œuvre à l’échelle européenne et je le proposerai à nos partenaires et à la commission.

Il n’est pas exact de dire que le principe de précaution n’offre que peu de prise sur les grands enjeux technologiques contemporains – il manque d’ailleurs le nucléaire à cette liste. Mais il ne s’agit que d’un principe, et il n’est rien sans la volonté politique de le concrétiser : je souhaite le mettre en œuvre concrètement. Ainsi, la mise sur le marché de produits nouveaux devrait toujours s’accompagner d’une analyse de leurs impacts possibles. La directive européenne REACH sur les substances chimiques constitue un premier pas dans cette direction, qu’il faut étendre et généraliser. Il revient aux industriels d’apporter la preuve de l’innocuité de leurs produits, preuve qui devrait être passée au crible d’une évaluation indépendante et incontestable : les scandales sanitaires récents (le mediator par exemple) ou plus anciens mais sans fin comme celui de l’amiante montrent bien les faiblesses du système actuel.

Les nanotechnologies sont porteuses de formidables promesses dans de nombreux domaines. Elles font l’objet d’un soutien massif dans le monde. La France n’est pas en reste avec 70 millions d’euros alloués à ce thème de recherche en 2009 dans le cadre du plan NanoInnov tout comme une part importante des 8 milliards d’euros attribués à la recherche dans le cadre des investissements d’avenir.

Les nanotechnologies sont porteuses de formidables promesses dans de nombreux domaines. Elles font l’objet d’un soutien massif dans le monde. La France n’est pas en reste avec 70 millions d’euros alloués à ce thème de recherche en 2009 dans le cadre du plan NanoInnov tout comme une part importante des 8 milliards d’euros attribués à la recherche dans le cadre des investissements d’avenir

>> Contribuerez-vous à soutenir le développement des nanotechnologies ? Etant donné la diversité des disciplines et des champs d’application concernés, ne trouvez-vous pas que ce soutien aux nanotechnologies, au travers de programmes de recherche dédiés à l’ANR par exemple, devrait être accompagnée d’une réelle vision politique pour la recherche ?

Les écologistes sont favorables à l’approfondissement des connaissances dans tous les domaines, et les nanosciences ne font pas exception. Mais nous sommes également attentifs aux évolutions scientifiques et technologiques et à leurs conséquences possibles sur la société et l’environnement. En l’état actuel des connaissances, les conséquences – potentiellement irréversibles – de l’introduction subreptice de nano-objets dans l’environnement et la chaîne alimentaire sont inconnues. Les dangers de certaines substances sont en revanche clairement avérés : les nanoparticules peuvent passer à travers toutes les barrières corporelles (la peau en présence de lésions, l’intestin, la barrière entre sang et cerveau…) et c’est ailleurs pour cela qu’il est envisagé de les utiliser en médecine. Certaines études montrent un effet inflammatoire sur les systèmes pulmonaire et cardio-vasculaire. Les nanotubes de carbone pourraient produire dans le poumon des effets similaires aux fibres d’amiante. Et malgré cela, les mises sur le marché de centaines de produits contenant des nanoparticules de synthèse ne sont précédées d’aucune évaluation d’impact par des experts indépendants, en violation du Principe de précaution – pourtant inscrit dans la charte de l’environnement de la Constitution française – et de l’esprit du règlement européen REACH. De plus, les conséquences sociétales de procédés de miniaturisation peuvent également être lourdes, en particulier en termes de protection de la vie privée et de libertés individuelles.

Pour l’heure, l’explosion des financements publics et privés ciblés sur le développement des nanotechnologies (souvent au détriment d’autres domaines de recherche) se fait sans réelle réflexion sur leur intérêt sociétal ou sur les risques afférents en matière d’éthique et de libertés. Il s’agit là d’un véritable cas d’école de gestion irresponsable des évolutions scientifiques et technologiques. Tout programme de recherche comportant des volets applicatifs devrait faire l’objet d’un encadrement éthique adéquat, et son financement devrait comporter un volet dédié à l’étude des impacts et des conséquences sanitaires ou sociétales de ces techniques. Sur des sujets identifiés comme pouvant comporter des risques, l’organisation de débats pluralistes menant à des décisions opérationnelles et le renforcement de l’information des citoyens devrait être la règle.

Plus généralement, je veux assurer une complète liberté aux actions de recherche fondamentale, la communauté scientifique retrouvant une indépendance d’organisation que le gouvernement s’est appliqué à lui retirer avec le système de recherche sur projet et la multiplication des guichets liés au Grand emprunt. Mais je souhaite aussi permettre à la société d’exprimer des attentes et des besoins par le biais d’un processus démocratique, les sujets ainsi identifiés pouvant faire l’objet d’actions incitatives ciblées. Dans un tel système, l’ANR n’occupera qu’une place réduite, se chargeant de distribuer les crédits correspondants aux actions incitatives et aux recherches partenariales, tandis que l’essentiel des financements de la recherche retrouvera un caractère stable au travers des organismes de recherche et des universités.

>> Comment envisagez-vous la gestion des risques sanitaires et environnementaux des nanotechnologies (effet sanitaire de certains nanotubes analogue à celui de l’amiante, impact environnemental d’un largage massif de nanoparticules d’argent antibactériennes) dont certains sont déjà étayés par plusieurs études ? Quelle est votre position face aux demandes de moratoire émanant de certaines associations ?

La première étape est de rétablir la transparence et de permettre l’information des citoyens et des élus, alors qu’actuellement la priorité de nombreuses actions est surtout d’obtenir l’acceptation par la population. Si je ne partage pas l’idée d’un moratoire sur les recherches, je souhaite en revanche l’instauration d’un moratoire sur la commercialisation de produits contenant des nanoparticules, suivi de la mise en place d’une autorisation européenne de mise sur le marché des nano-produits (AMMN). Je mettrai un terme aux investissements publics massifs (collectivités, Etat) au profit de grands groupes industriels et des développements militaires, au moins jusqu’à ce qu’une stratégie européenne de recherche et de production soit définie et mise en place. Je travaillerai au lancement d’une négociation d’un règlement REACH II pour inclure les spécificités nanos. Enfin, je flécherai la moitié des financements de recherche sur ces nouvelles techniques, en termes d’équipes et de budgets fléchés sur les questions sanitaires, environnementales et sociales.

Le débat public sur les nanotechnologies qui s’est déroulé en 2009-2010 a fait l’objet de nombreuses critiques. L’une d’elle tient au fait que la Commission Nationale du Débat Public, étant donné la complexité du sujet, a dû avant tout assurer une mission d’information, donnant une large place à la vulgarisation, réduisant d’autant le temps de débat proprement dit.

>> Ne peut-on mieux articuler information et débat, en mobilisant l’audiovisuel public, par exemple ? Quel regard portez-vous sur internet dans ces débats : s’agit-il plutôt d’un outil d’information ou de désinformation ?

La CNDP a effectivement pris le parti de travailler dans le registre de l’information, ce qui n’était pas son rôle ; mais surtout, elle s’est obstinée à ne traiter que la question des risques et à considérer comme acquis – et même nécessaire – un développement sans limite du recours aux nano-objets. Des questions pourtant fondamentales comme celle de l’utilité sociétale des nanosciences ou de la pertinence d’un financement massif des développements par des fonds publics étaient ainsi exclues des discussions. Plusieurs années auparavant, la région Ile-de-France avait lancé sa propre initiative sur le sujet, sous forme d’une conférence de citoyens. Un tel système offre des garanties de pluralité des avis et assure une réelle participation des citoyens, toutes choses qu’un système de grands-messes est incapable de proposer.

Au titre de sa mission de culture scientifique et technique, l’audiovisuel public devrait être partie prenante des grands débats scientifiques et techniques : mais encore faut-il que le choix des intervenants et des programmes soit réalisé sous l’égide d’un comité scientifique pluraliste.

Ajouter un commentaire